Danse Mexicaine

La danse au Mexique est le résultat de plusieurs processus de métissage par lesquels est passé le pays, depuis la conquête jusqu’à notre époque moderne. Elle est reconnue mondialement comme synonyme de magnificence et de splendeur. La danse mexicaine avait une fonction très spécifique autrefois. En effet, elle fut la forme d’évangéliser les indigènes et de leur approprier la vision européenne de la vie. Ainsi, nous pouvons voir comment la danse des Concheros (danse caractéristique des aztèques) reprend des formes chorégraphiques européennes de la danse courtisane.

L’histoire de la danse au Mexique

La danse mexicaine est soutenue par deux grands piliers : la danse traditionnelle mêlée aux danses métissées. La première découle de l’évangélisation et des danses préhispaniques, tandis que les secondes résultent du métissage tardif et de l’institutionnalisation des danses régionales du Mexique.

Le pays compte 31 États, et un District Fédéral (le D.F.), chacun d’eux possède ses propres danses métissées. Ils reflètent une fonction sociale et une vision différente de la vie suivant les époques que traversa le pays. Depuis le nord jusqu’au sud du Mexique, il n’y a pas un État qui ne possède ses danses traditionnelles.

Par exemple, dans la péninsule du Yucatán, nous retrouvons la danse Maya qui a pu être conservée grâce aux Codes Corporels, l’écriture Maya retrouvée à Ek Balam (un site archéologique près de Valladolid, Yucatán).

Les danses du Centre du Mexique

Dans le centre du pays, on peut observer la danse des Voladores. Cette danse a un caractère religieux, les voladores prient le dieu de la pluie pour assurer leurs récoltes. C’est donc une danse de la fertilité, les voladores commencent sur le sol, et grimpent ensuite à un poteau de 30 mètres de haut. Ensuite, ils s’attachent par les pieds ou la ceinture et se laissent tomber dans le vide en tournoyant autour du mât 13 fois, représentant les 13 ciels du dieu du soleil. Multipliés par 4 (nombre de voladores) cela donne le chiffre 52, qui est le nombre d’années dans un cycle du calendrier indigène.

Les danses du Nord du Mexique

Dans le nord du Mexique, on retrouve les polkas et les danses de salon qui arrivèrent dans le pays grâce à l’influence française et à l’empire de Maximiliano. Parmi tant d’autres, nous pouvons mentionner la danse du cerf (danza del venado). C’est une danse unique et mystique qui représente le cerf comme une divinité de la communauté indigène Mayo dans l’Etat de Sinaloa et Yaquis dans celui de Sonora. Sa pratique représente la mort du cerf chassé par des Pascolas (habitants d’une communauté voisine). Pour les Mayos, le cerf ne meurt pas, la danse représente seulement les mouvements de l’animal.

Les différents genres de danse Mexicaine

  • Les Sons Rancheros (Jalisco, Colima, Nayarit, Aguascalientes et Zacatecas)
  • Les Huapangos, de la région Huasteca, (Hidalgo, Veracruz, San Luis Potosí, Puebla, Tamaulipas, Querétaro)
  • Danses de salon (Durango, Sonora, Sinaloa, Coahuila, Chihuahua, Nuevo León, Tamaulipas)
  • Les danses de Conquête dans tout le pays
  • Les danses guerrières dans toute la partie centre et nord du Mexique
  • Les Sons de Tarima et Pañuelo (Guerrero et Oaxaca, danses très rythmées par le son des chaussures).
  • Les danses de création dans tout le pays.

Le plus grand spectacle folklorique de danse au Mexique est le Ballet Folklorique d’Amalia Hernandez (BFM), considéré en 1961 par le festival des nations de Paris, comme le meilleur ballet folklorique du monde, laissant derrière le ballet russe de Moiseyev. Le BFM mélange la rigueur de la danse classique avec la mise en scène des codes de la danse folklorique mexicaine.

Partager cet article :
  • :