Le désert de Chihuahua

Le désert de Chihuahua est le plus grand d’Amérique du Nord. Il s’étend sur une superficie de 455 000 km2. Comme le Sonora il empiète du côté des Etats-Unis d’Amérique, dans les Etats du Nouveau Mexique, du Texas et du sud-est de l’Arizona. Côté Mexicain, il est situé dans les Etats de Chihuahua et il s’étend au sud dans les Etats de Nuevo Leon, Coahuila, Zacatecas, Durango, San Luis Potosi et Hidalgo.

Le désert de Chihuahua, un écosystème incroyable

Une altitude comprise entre 600 et 1 600 mètres lui procure un climat plus tempéré que son voisin du Sonora. La plupart de la région se trouvant à des altitudes remarquables, les hivers peuvent être très froid, avec des pluies prédominantes à la fin de l’été.
Il est considéré comme l’une des trois régions avec la plus grande biodiversité de la planète, puisqu’il abrite plus de 350 espèces de cactées, des 1500 enregistrés en Amérique.
C’est un paysage plutôt constitué de buissons et d’une végétation très spécifique au milieu aride. Contrairement aux idées préconçues, la faune abonde dans le désert :

  • Le lièvre de Californie (Lepus californicus)
  • Le colibri à gorge noire (Archilochus alexandri)
  • Le puma (Felis concolor)
  • Le serpent à sonnettes (Crotalus scutulatus)
  • La couleuvre à nez mince (Masticophis flagellum)
  • La salamandre tigrée (Ambystoma tigrinum)
  • La chauve-souris blonde (Antrozous pallidus)
  • Le bison américain
  • Le coyote (Canis latrans)
  • Le loup gris mexicain (Canis lupus baileyi)
  • Les moufettes (Mephitis macroura)
  • Le lynx roux (Lynx rufus)

Un labyrinthe d’adobe dans le désert de Chihuahua

La zone archéologique de Paquimé, Casas Grandes, Chihuahua : Imaginez quelques nuages qui se mélangent au ciel bleu clair, une immense étendu de dunes d’une couleur ocre clair et d’inextricables monticules d’adobe érigés par une culture ancienne. Ceci est le paysage que l’UNESCO a choisi en 1998 comme partie du Patrimoine Mondial de l’Humanité. Paquimé, la cité préhispanique qui ne ressemble à aucune autre. Pas de place ou de base pyramidale, pas non plus de pierre sculptée ou de bâtiment observatoire pour étudier les étoiles. Ses habitants entretinrent des relations avec les cultures les plus avancées de Mésoamérique, le résultat est un mélange particulier traduit dans leur architecture en terre.


Partager cet article :
  • :