Les déserts du Mexique

Le Mexique compte plusieurs grands déserts ; le Sonora et le Chihuahua sont les deux plus grands, les plus diversifiés et les plus visités. Les déserts du Mexique couvrent approximativement 60 % du territoire. Les écosystèmes sont à l’origine de nombreux organismes ; 60 % de ces espèces endémiques du Mexique appartiennent à ces zones arides et semi-arides. Grande quantité de cactées et d’épineux de différentes formes, tailles et couleurs composent la faune de cet écosystème vulnérable et menacé par des facteurs humains. Les indigènes qui peuplèrent ces terres désertiques ont laissé des traces de leur passage.

Les Déserts du Nord du Mexique :

Théâtres où apparemment la vie « est absente par manque d’eau » ; détrompez vous, les déserts du nord sont de véritables merveilles de la nature. Ne les manquez pas si vous passez par là, nous vous guiderons dans ce fantastique micro-univers !

Le mot désert évoque la vision d’une vaste mer de sable sans vie et sans eau, où les températures extrêmes nous renvoient comme au beau milieu d’un four. Mais beaucoup de ces régions de notre planète sont en réalité très riches en flore et faune, bien que ses ressources en eau soient très rares.

Contrairement aux idées reçues, les déserts du Mexique débordent de vies dans un habitat incoyablement varié. Par exemple, le désert de Sonora se décrit comme une exubérante forêt de cactus, d’arbustes en grands tapis colorés tous les ans à l’automne. Le désert de Chihuahua, avec ses hivers sans glace et ses étés pluvieux, favorise la vie sous ses formes les plus diverses de faune et de flore ; cactus, agaves et buissons épineux.

Adaptation incroyable de la vie dans ces milieux arides, dans ces fours naturels, où tout se bouleverse avec les pluies d’été et d’hiver. Ces pluies inespérées font exploser de vie les plantes d’une façon spectaculaire, ressemblant à d’immenses jardins. Celles qui se sont adaptées à cette vie très rigoureuse se disputent l’eau, non pas l’espace ni la lumière comme dans les forêts tropicales.

Adaptation et survie en milieu aride :

Ici les plantes vivaces se développent lentement et subsistent entre chaque saison des pluies. Presque toute l’année elles survivent à la chaleur intense et adoptent des formes de léthargie totale ou partielle. La plupart des plantes manquent de feuillage, leurs rares feuilles sont ternes et pendant la sécheresse, jusqu’aux cactus semblent fanés.
Ce sont des temps d’austérité où certains animaux réduisent leur métabolisme jusqu’au bord de la mort. La plupart d’entre eux se sont efficacement adaptés pour survivre aux conditions extrêmes. Ils développent une sensibilité à la vie nocturne, peau écailleuse pour éviter la déshydratation ; une certaine forme nasale pour condenser le peu d’humidité de ce milieu si aride. La floraison attire d’innombrables espèces, dans la journée les oiseaux, les mammifères, les reptiles et les insectes à la recherche de nourriture ; actue ensuite la faune nocturne.

Les déserts, sources de vie :

Dans les déserts du Mexique abondent les Cactacées et les plantes épineuses, totalisant ainsi plus de 1000 espèces d’infinies formes, tailles et couleurs. Le meilleur exemple est le cactus qui stocke l’eau dans son épais tronc cylindrique ou sphérique ; il expose ainsi une surface d’évaporation minimum à l’air et la lumière. Il y en a de différentes tailles, des plus petits, à partir de 1 cm jusqu’à de gigantesques cactus saguaros pouvant mesurer 15 mètres de hauteur.

Les Cactées typiques ont des épines pour repousser les animaux et des plis souples sur le tronc, en forme d’accordéon, pour se développer rapidement quand ils accumulent l’eau. De cette façon ils se se contraignent à consommer l’eau petit à petit quand il ne pleut pas. Ses racines sont larges et peu profondes, car moins de 3% de l’eau pénètre dans ces sols avant de s’écouler ou de s’évaporer. Le soleil est son éternel compagnon.

Ces espaces sont uniques à différents points de vue, bien que beaucoup de gens les considèrent comme des terres inutiles, en fait il s’agit d’écosystèmes vulnérables. Beaucoup de régions sont perturbées par le surpâturage, l’agriculture, les pillages et les constructions. Le fragile équilibre de cet habitat est également menacée par les mines à ciel ouvert, les routes, ou encore les industries. Malgré tout, il est unique et grandiose d’admirer ces paysages ornés des tons rouges et violets de ses crépuscules. Dans la majorité de ces zones protégées il existe des sentiers, des programmes éco touristiques et d’excellents guides pour profiter d’une ambiance incomparable, où les voyageurs peuvent s’aventurer dans les anciens chemins de l’imagination.

Traces humaines dans les déserts du Mexique :

Les Indiens qui habitaient ces terres désertiques laissèrent d’évidentes traces de leur passage, comme des pointes de flèches et des restes de poterie. Ils laissèrent également des peintures rupestres couvrant des roches, parfois à flan de montagne, dans des endroits complètement inaccessibles, rendant cet art encore visible de nos jours. Pendant des milliers d’années, ils se sont adaptés aux cycles naturels du désert. Pour survivre ils ont utilisé des ressources telles que les plantes médicinales, les fruits des cactus saguaros et pitayas ; les yuccas et les herbes pour faire leurs vêtements, comme l’eau de pluie si rare, stockée dans des cuvettes rocheuses le long des routes traditionnelles.

 

Désert de Sonora Le désert de Sonora

Le désert de Sonora est une des zones désertiques les plus grandes en Amérique du Nord. Il est en réalité à cheval entre les Etats-Unis et le Mexique. Il est réparti sur les Etats d’Arizona et de Californie pour les USA et les Etats de Sonora et Basse Californie coté Mexicain. C’est l’un des déserts du Mexique les plus chauds au monde.

 

Le Désert du Chihuahua Déserts du Mexique DécouverteLe désert de Chihuahua

Le désert de Chihuahua s’étend en une superficie de 455 000 km2. Une altitude comprise entre 600 et 1 600 m lui procure un climat plus tempéré que son voisin du Sonora. La plupart de la région se trouvant à des altitudes remarquables, les hivers peuvent être très froid, avec des pluies prédominantes à la fin de l’été.

 

Le Désert de Tehuacan Le désert de Tehuacan

La réserve de la biosphère de Tehuacan-Cuicatlan est un espace énigmatique où converge une richesse biologique, géologique, culturelle et historique; l’un des joyaux naturels de notre pays, qui mérite d’être connu, très surement apprécié et surtout préservé.

Partager cet article :
  • :