Les Indigènes du Mexique

 

Mexique Découverte vous propose de leur rendre visite

Dans une ambiance familiale très intime nous vous proposons de rendre visites à des communautés indigènes sans que vous vous sentiez gêné pour penser s’initier dans leur vie comme des voyeurs ; détrompez-vous, bien au contraire, ces mexicains vous accueilleront à bras ouvert et vous partageront avec grand intérêt leur mode de vie, leur repas et leur vie avec générosité.

Apprenons à connaître les communautés indigènes du Mexique

70 ethnies indigènes présentes dans le pays constitueraient 7 % de la population totale. Ils seraient les plus nombreux dans les Etats du Chiapas, Oaxaca et à l’intérieur de la péninsule du Yucatan.

Les dix principales communautés sont :
• Les Mayas qui sont principalement établis dans le Yucatan.
• Les Nahuas, Tarasques, Chols, Lacandon, Tzotziles, Huichols et Mixtèques sont présents dans le centre du pays.
• Les Tarahumaras vivent dans l’Etat de Chihuahua et les Yaquis dans l’Etat de Sonora.

60 % des mexicains sont des mestisos (métis) descendants des Espagnols et des Indigènes.
25 % des mexicains habitants dans les grandes villes descendent principalement des Espagnols, ils sont également appelés crioles.
Le reste est une population internationale. Les langues indigènes seraient au nombre de 89 et les plus parlées sont le nahuatl, le maya, le mixtèque et le tzeltal. 60 d’entre elles sont reconnues comme langue nationale au même titre que l’espagnol (castellan) qui est la langue prédominante.

Les Huicholes :

Groupe ethnique de près de 20 000 membres. Ils vivent principalement dans la région de la Sierra Madre Occidentale, dans les Etats du Nayarit, du Jalisco, du Durango et de Zacatecas. Peu matérialistes, les Huicholes se sont très peu intégrés à la civilisation moderne et ont su conserver leurs traditions millénaires. La culture religieuse huichol est l’une des rares à perdurer depuis des millénaires et à vénérer encore le cactus sacré, le Peyotl [peyote] (cactus hallucinogène leur permettant de communiquer avec les Dieux).

Les Mayas :

Les Mayas ou Mayas Yucatèques sont un groupe indigène qui vit aujourd’hui dans les Etats de Campeche, du Yucatan et du Quintana Roo dans la péninsule du Yucatan d’où leur nom Mayas Yucatèques ou Mayas péninsulaires. Ils sont liés par la langue, l’anthropologie et la culture aux communautés Tzotziles, aux Cakchiqueles et aux Quichés. La langue parlée par ce groupe indigène est le maya yucatèque, une langue parmi les 28 langues mayas. Ils sont aujourd’hui encore 800 000.

Les Tarahumaras :

Les Tarahumara vivent dans la région de las Barrancas del Cobre où le relief abrupt les a longtemps isolés. « Les indigènes aux pieds légers » sont réputés pour leur excellente endurance en course de fond. On estime aujourd’hui qu’ils sont à environ 50 000 à 70 000 à travers la Sierra Madre Occidentale. De nombreux rites chamaniques rythment la vie des Tarahumaras et certaines cérémonies sont particulièrement captivantes et impressionnantes.

Les Lacandons :

Les Lacandons sont un des groupes ethniques les plus isolés du pays, au cœur de l’Etat du Chiapas en pleine jungle tropicale. Ils ne seraient plus qu’un millier environ. Ils parlent encore le maya lacandon mais beaucoup ont depuis longtemps perdu leur religion au profit du catholicisme. Ceux qui vénèrent encore leur Dieu sont rares.

Les Nahuatls :

Groupe ethnique le plus nombreux du Mexique, ils sont encore aujourd’hui près de 1 200 000. Ils vivent principalement en communautés rurales et cultivent maïs, haricots, piments et pratiquent un peu d’élevage. Ils parlent communément le nahuatl et se caractérisent par une société très familiale. Le travail communautaire, le rejet du célibat et du veuvage sont les axes de leur culture. Dans la société nahua la femme est l’égal de l’homme en droits et en obligations. Le Nahua moderne a hérité des traditions, des mythes et des croyances de la civilisation aztèque en Méso-Amérique.

Les Tzoziles :

Environ 250 000 Tzotziles vivent dans les montagnes du Chiapas. Ils ont su conserver de nombreux aspects de leurs coutumes ancestrales. « Tzotz » signifie laine : la matière première avec laquelle ils font leurs vêtements mais « Tzotzil » signifie plutôt, selon les linguistes : «peuple des chauve-souris », le dieu de leurs ancêtres. Les Tzotziles sont parmi les plus fervents partisans de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale.

Les Purepechas :

Les Purepechas sont un peuple autochtone vivant dans la région nord-ouest du Michoacán, principalement dans la région de Cheran et de Patzcuaro. Ils sont environ 120 000. Leurs divinités sont principalement l’aigle, le serpent et le cerf. Ils vivent aujourd’hui de l’agriculture (piment, maïs, haricot, avocat) mais également de l’artisanat (poterie, tissage, etc.).

 

 

Partager cet article :
  • :