Les oiseaux du Mexique

Les zones tropicales du Mexique, sauvage et énigmatique, hébergent une grande variété d’animaux ; ils logent généralement dans les gratte-ciels naturels de ses forêts et de ses jungles. Cette faune intense se compose de petits mammifères arboricoles et principalement d’une multitude d’oiseaux brillants de mille couleurs écarlates.

Oiseaux du Mexique, la couleur de la jungle mexicaine

Perroquets et Guacamayas (aras) au voyant plumage, toucans aux énormes becs, donnent le tempo caractéristique de la jungle mexicaine. Les couleurs magiques de leur plumage contrastent avec le feuillage lumineux de la jungle.

L’humidité et la chaleur, ainsi que la végétation luxuriante, font que la nourriture ne vient jamais à manquer. Ces acrobates ailés viennent souvent dans les parties basses de la forêt pour s’alimenter des fruits mûrs tombés des arbres. Mais ils trouvent plus d’abondance dans les régions montagneuses. Ils transportent leur nourriture à travers les branches, à l’aide de leurs fortes pattes et de leur bec puissant.

Certains oiseaux cherchent des arbres creux pour nicher, tandis que d’autres préfèrent les corniches rocheuses ou les grottes. Il y a peu d’ennemis naturels pour cette communauté, car les félins chassent dans les niveaux moyens de la forêt. Cependant, son principal rival est l’aigle harpie, qui chasse les oiseaux tropicaux dans le seul but de préserver son espèce.

Famille des Psittacidaes ou Perroquet

Chaque matin, la jungle est remplie de cris désordonnés provenant de ses arbres, certains sont stridents et d’autres rauques. Les perroquets nichent en colonies ou en couples dans le haut des arbres, selon la saison de l’année ; jusqu’à décider d’entreprendre un vol groupé à la recherche de nourriture basée de fruits tropicaux et de graines.

La nourriture des perroquets

Émettant un bruit assourdissant, ils volent jusqu’à trouver une bananeraie ou un champ de maïs ; puis ils le dévastent complètement sans arrêter de crier ; s’arrachant même la nourriture les uns aux autres. Plus tard dans la soirée, une fois rassasiés, ils reviennent sur le même arbre ; ils s’y dispersent afin de se reposer, très haut au-dessus du niveau du sol. Ce type d’oiseau a une façon très particulière de manger ; il utilise ses pattes pour amener la nourriture à son bec ; pour cela il doit toujours s’arrêter sur une haute branche. Les Guacamayas ou aras et leurs cousins ont des formes physiques très similaires. Ils sont totalement différents des autres oiseaux, il est donc impossible de les confondre avec d’autres espèces.

Morphologie du perroquet

Ils possèdent un corps robuste couvert d’un fin duvet gris sur la poitrine quand ils muent de leur beau plumage. Ils peuvent mesurer de 15 cm (colicorta cotorrilla) à 90 cm selon les espèces comme le ara écarlate. Comme leur cou, leurs pattes sont courtes et préhensiles (dotées de serres). Elles sont dotées de quatre doigts, deux vers l’avant et deux vers l’arrière, comme la plupart des oiseaux grimpeurs.

Ils possèdent une grosse tête et un bec excessivement fort. La moitié supérieure est plus proéminente et courbée vers le bas ; de plus avec un mouvement indépendant de la moitié inférieure. Dans le bec, une langue charnue de grande mobilité les aide à émettre des sons divers. Certains de ces oiseaux sont d’excellents imitateurs et répètent des voix humaines facilement, mais tous ne parlent pas. Il se dit qu’ils peuvent vivre entre 70 et 90 ans. D’entres les oiseaux, ils sont considérés comme les champions de la longévité. Pour différencier les jeunes des vieux, il suffit juste d’observer les tons du plumage ; les jeunes possèdent des plumes décolorés et un plumage de couleurs vives pour les vieux.

Les Guacamayas ou Aras

Au Mexique, il y a environ 30 espèces de Psittacidae (perroquet). On distingue parmi ces espèces les perroquets appelés Guacamayas ou aras et Papagayos. Ils sont les plus nombreux et les plus colorés de cette famille. Ils diffèrent de leurs cousins par le manque de plume sur leurs joues, autour des yeux, et une longue queue colorée. Pendant la saison de reproduction les grandes colonies se divisent en couples. Lorsque les femelles pondent, leur caractère devient très agressif. Elles attaquent violemment les intrus qui s’approchent du nid. Les poussins naissent après 28 jours d’incubation et treize semaines plus tard, ils sont prêts à voler.

Trois espèces de perroquets vivent dans notre pays

Le Guacamaya ou ara vert (Ara militaris) mesure 75 cm de long. Il est de couleur verte sur tout le corps, le front est rouge ; la queue et les ailes possèdent des tons de jaune et de vert, bleu et rouge sur le dessus. Ils se trouvent encore en petits groupes dans les zones arides de la plaine côtière du Pacifique néo-tropical.

Le Guacamaya rouge (ara macao), 90 cm de long, rouge écarlate, possède des tons de jaune et de bleu sur les ailes ; sa queue mesure 60 cm, elle est de couleur rouge et bleu. Il niche dans les quelques zones protégées de la forêt Lacandone, dans le sud-est du Mexique.

On ne connait pas avec certitude l’origine d’autres espèces comme le Guacamaya bleu et or (Ara ararauna). Quelques spécimens ont été aperçus sur le territoire national. Il est de couleur bleu dans le cou, le dos, sur la queue et la poitrine ; l’abdomen, sous la queue et les ailes sont jaunes, il mesure 80 cm de long.

Perroquets, perruches et autres membres de la famille

Qui peut oublier ces boucaniers impitoyables qui ont traversé les sept mers avec un perroquet sur leur épaule.

Ou même le perroquet qui teint compagnie à Robinson Crusoé sur son île déserte.

Nous connaissons tous une histoire ou une anecdote liée à ces oiseaux bavards.

Tous sont très similaires et dans les espèces mexicaines, prédomine la couleur verte sur tout le corps ; bien que certains aient des tons de blanc, rouge, jaune, café, gris et même orange. Ils volent en groupes à grands coups d’aile courts et rapides. Ils nidifient dans des arbres creux, des brèches rocheuses et dans des grottes. Le nombre d’œufs varie de deux à dix suivant les espèces.

Persécutés pour parler

Perroquets et perruches ont été, et sont malheureusement encore, les oiseaux de compagnie par excellence. Leur malheur vient du fait que beaucoup de personnes croient qu’ils «parlent»…  Ces oiseaux ne font qu’imiter les sons qu’ils entendent fréquemment. Cette capacité est due à la forme de leur nuque et aux caractéristiques de leur langue. Bien qu’ils semblent comprendre ce qu’il se dit, ils ne font que répéter des sons. Inlassablement ils associent seulement des mots avec d’autres sons ou certaines personnes qu’ils reconnaissent.

Ils ont un excellent sens du goût

Pour être en captivité, ils arrivent à se nourrir, en plus des graines de tournesol et de maïs, de chocolat et de gâteaux. Ils associent les saveurs sucrées aux fruits tropicaux. Beaucoup de gens sont fiers parce que leur perroquet mange des biscuits pour animaux. Tout ce qu’ils sont en train de faire, c’est de raccourcir la vie de leur mascotte, car l’animal ne reçoit pas suffisamment d’aliments aux propriétés nutritionnelles pour eux.

Ils sont en train de disparaitre en raison de l’irrationalité humaine

Le perroquet commun (Aratinga de canicularis) est également connu comme perroquet orange ou perruche Atolero. Il mesure 22 cm de long, il est vert avec le front orange, suivi d’une zone bleue et a également des tons de bleus sur les ailes. On le trouve dans la plaine côtière et dans les jungles de la frontière du sud-est du Mexique ; il peut apprendre à prononcer quelques mots…

Le perroquet à front blanc (Amazona albifrons) ou perroquet des mangroves mesure 25 cm de long ; il est vert avec un front blanc suivi d’un ton bleu et un masque rouge ; il a des couleurs rouges et bleus sur les ailes. On le trouve dans la plaine côtière près des mangroves et des estuaires. Il n’apprend pas à parler…

Le parrot aux joues jaunes (Amazona de autumnalis) ou perruche Guayabera mesure 35 cm de long. Il est de couleur verte, rouge et a un cou bleu clair et a des taches jaunes sous les yeux et des tons rouges sur les ailes. Les zones humides des jungles du sud-est sont son habitat.

Le perroquet royal (Amazona ochrocephala) ou le perroquet à tête jaune mesure 35 cm de long. Il est de couleur verte avec la tête jaune et des tons bleus et rouges sur les ailes. Il vit dans la plaine côtière et dans le Sud-Est mexicain, à l’exception du Yucatan. C’est le perroquet le plus bavard, que tout le monde veut comme animal de compagnie.

Et enfin, le perroquet de montagne (Amazona de finschi) ou le perroquet à front rouge, mesure 35 cm de longueur. Il est de couleur verte et rouge sur le front, suivi de mèches bleus ; des tons rouges sur les ailes. Il vit dans la plaine côtière du Pacifique de Chihuahua à Oaxaca.

Les ramfastidos : famille des toucans et toucanets

Ils sautent de branche en branche, ou survolent la jungle comme de curieux oiseaux. Ils se font remarquer par leur bec extravagant, comme le faux nez des comiques ou des magiciens. Connus comme toucans, en les regardant voler, on dirait plutôt des becs volant suivit par un oiseau. La taille du bec est, certaines fois, plus grande que le corps et d’apparence lourd. En réalité, il est creux et on peut apercevoir une mince langue comme un mine de crayon.

On ne connait pas avec exactitude scientifique la fonction du bec. Certains disent qu’il améliore la perception des odeurs pour obtenir de la nourriture ; peut être servirait-il à se défendre, ou à intimider ses ennemis, ou encore pour séduire les femelles.

Et à part le bec…

Ces oiseaux ont des pattes très solides adaptées pour grimper et se tenir au-dessus de la jungle. Les yeux sont mobiles et petits, la queue est relativement longues et les ailes courtes et arrondies. Pour dormir, il penche la tête en arrière et appuie son bec sur son dos, en croisant avec sa queue. Il dort dans les arbres creux et parfois même plusieurs toucans se rassemblent dans le même espace.

Comportement et habitudes

Aux premiers rayon du soleil, on entend des sons rauques et métalliques ; jusqu’à ce qu’un troupeau composé d’une dizaine d’individus sorte de leur logement. Ils parcourent la jungle pour s’alimenter de ses fruits. Ils prennent les petits fruits avec la pointe de leur bec et les engloutissent avec un mouvement rapide de la tête ; alors qu’ils arrachent de petites portions des fruits plus grands, et les avalent de la même façon.

Alimentation et reproduction

Leur régime alimentaire est complété par les œufs d’autres oiseaux, d’insectes et de petits reptiles. Ils pondent de 2 à 4 œufs, qui sont couvés par les deux parents pendant quarante jours. Leurs poussins atteignent leur taille adulte après sept semaines de vie.

Au Mexique, nous trouvons trois des 37 espèces vivantes sur notre planète

Le Tucancillo ou Araçari vert (Aulacorhynchus prasinus) qui mesure 30 cm de longueur. Il possède différentes nuances de vert dans le dos, la poitrine et la tête ; la gorge est blanche et le bec est jaune et noir. On les trouve dans les forêts tempérées et brumeuses du sud-est du Mexique.

Le Tucancillo ou Araçari à collier (Pteroglossus torquatus) mesure 40 cm de long. Son plumage aux dominantes noires, possède des tons de jaunes et de rouges sur la poitrine et l’abdomen. Son bec est gris et noir. Ses habitats naturels sont les forêts chaudes et tempérées du sud mexicain.

Le toucan à poitrine jaune (Ramphastos sulfuratus) ou toucan royal mesure 50 cm de long. Il arbore la couleur noire, son cou et sa poitrine sont jaunes ; la base de sa queue est blanche et rouge ; son bec a des couleurs vives comme le vert, bleu, jaune, orange et une pointe de rouge. Il habite les forêts tropicales du sud-est et la plaine côtière.

L’extinction des oiseaux tropicaux dans leur habitat naturel

Voilà les différents discours que l’on peut entendre fréquemment devant l’espace des Guacamayas (ara), dans un zoo mexicain :

– Regarde celui-là, ils le chassent à Veracruz…
– Où vit mon oncle, ils grimpent aux arbres pour voler les petits dans leur nid.
– L’autre jour, nous avons reçu cinq de ces petits perroquets verts ; nous en  avons vendu trois et nous en avons gardé deux, mais ils sont morts très vite.
– Veux-tu un Guacamaya Rojita (ara rouge), comme ceux de la boutique ?

Parmi tous ces gens, il y en a une grande partie qui possèdent leur perroquet, perruche, guacamaya, aras ou toucan. Leur seul but est d’attirer l’attention ou de les utiliser comme décorations vivantes. Il est urgent que les autorités fassent quelque chose pour freiner la destruction des jungles et les forêts tropicales, leur habitat naturel ; mais surtout mettre fin au commerce non seulement des oiseaux tropicaux, mais de toute la faune forestière mexicaine.

Il faut enrayer se trafic, Mexique Découverte s’engage

En ce qui nous concerne, nous devrions éviter d’acquérir ces espèces d’oiseaux sauvages et de sensibiliser les consciences autour de nous sur la question. Si nous ne faisons rien, plus tôt que nous le pensons, toutes ces espèces vont s’éteindre, une à une, comme nous l’avons déjà vu avec le Pic Impérial du Mexique et le Condor de Californie.

Encore un oiseau qui risque de disparaitre

La Cotorra Serrana Occidental ou Conure à gros bec, perroquet de la famille des Rhynchopsittas pachyrhynchas.

La conure à gros bec vit dans les forêts tempérées de conifères, entre 1 300 et 3 600 m d’altitude. Elle mesure environ 38 cm. Son plumage à dominante verte se distingue par un front et des épaules aux plumes rouges.

Espèce également en voie de disparition, on estime sa population entre 1 000 et 4 000 individus. Elle ne se rencontre que dans la Sierra Madre Occidentale. Des tentatives infructueuses ont été faites pour l’introduire en Arizona aux USA.

Autres oiseaux mexicains

La Passerina rositae est un oiseau endémique du sud du Mexique. On la trouve sur le versant pacifique de l’Isthme de Tehuantepec, dans les Etats d’Oaxaca et de Chiapas.

Ce sont des oiseaux d’environ 13 cm dont le dimorphisme sexuel est exprimé dans les couleurs. Le mâle est de couleur bleue, avec des tâches de couleur rose sous la poitrine ; le ventre et les plumes inférieures de la queue sont également roses. Les femelles sont de couleur brune avec la poitrine jaunâtre et le ventre blanchâtre. Seulement quelques plumes bleues sur les plumes supérieures de la queue.

Ce Passerin habite dans les zones semi-arides de bois épineux et les arbustes du sud de l’Isthme de Tehuantepec. Il s’alimente de graines et d’insectes. C’est également une espèce menacée par la perte de son habitat.

Partager cet article :
  • :