Récif corallien de Veracruz

Le Récif corallien Veracruz est protégé en tant que Parc Naturel depuis 1992. Son existence approximative est estimée à plus de dix millions d’années. Un total de 17 récifs le composent. Ils sont séparés en deux parties, une face donnant sur la ville de Veracruz et l’autre face donnant sur la Punta Antón Lizardo. Le récif corallien Veracruz dans l’Etat de Veracruz est classé comme la troisième merveille du Mexique.

Le récif corallien de Veracruz, le coté nature :

Durant l’époque préhispanique, les habitants de l’actuelle région de Veracruz utilisaient la Isla De Sacrificios comme lieu de culte. Ils adoraient leurs dieux en organisant de belles cérémonies en leur honneur.

Pendant la colonisation cette île était utilisée comme atelier pour réparer les bateaux espagnols endommagés par la guerre, c’était également un camp d’entrainement pour préparer les futures troupes à l’attaque. Elle servit aussi durant l’invasion française, comme point stratégique durant la fameuse Guerra de los Pasteles de 1836 (guerre des pâtissiers). Certains corps de ces soldats français sont gardés dans un monument nommé El Polvorin.

Le premier homme à découvrir ce récif corallien fut Helprin en 1912, Joublin en dessina la première carte. En 1975 on commençât à parler de la protection du récif, quand des spécialistes s’aperçurent de la valeur refuge de celui-ci, en terme de faune et de flore dans cette partie du golfe du Mexique.

Géographie, faune et flore du récif corallien Veracruz :

Le récif Veracrusien, par sa grande superficie, est l’un des plus importants du Mexique. Il est formé de plusieurs niveaux, de nombreuses îles, ilots et de récifs situés a plus de 50 mètres de profondeur, formant ainsi une véritable cordillère sous-marine. Dans ses fonds subaquatiques gisent plus de 350 épaves de bateaux.

Le récif corallien de Veracruz abrite une très importante diversité marine, comme étoiles de mer, divers crustacés, gambas, poulpes, crabes, escargots de mer et des milliers de poissons multicolores comme le Cofrecito et le Lora.

Sa faune marine se constitue essentiellement d’une plante appelée herbe à tortue ou Thalassia Testudium et autres variétés innombrables d’algues.

 

Partager cet article :
  • :