Singe du Mexique

La majeure partie du sud du Mexique, grâce à la diversité biologique de son écosystème, abrite un nombre important de singes hurleurs et araignées.

Le singe hurleur

Les singes hurleurs sont des mammifères nocturnes, se nourrissant seulement de feuilles de fruits et de fleurs de différentes espèces. Ils passent 40% de leur temps à se nourrir.

Le singe araignée

Nous trouvons deux sortes de singes araignées, Alouatta Palliata et Alouatta Pigra d’apparence complètement différente.

Le Alouatta Pallaita : D’une couleur café clair, avec un pelage clair sur les côtés, certains peuvent présenter quelques tâches rouges sur le corps, sur la queue ainsi que sur le dos de la main.

Le Alouatta Pigra : Il est totalement noir et ne présente aucune variation de couleur sur son pelage. Il est aussi beaucoup plus corpulent que le Palliata et pèse entre 8 et 10 kilos, alors que le Pigra pèsera en 6 et 8 kilos. On notera aussi une différence dans leur répertoire vocal qui détermine l’occupation territoriale bien distincte de chaque espèce.

Habitat naturel et mœurs du singe mexicain

Le singe araignée présent sur le territoire mexicain est également représenté par deux sous espèces :

  • L’ateles Geoffroyi Vellerosus qui est présent du sud de l’état de Tamaulipas jusqu’au Chiapas.
  • L’ateles Geoffroyi Yucatanenssi se trouve seulement dans le Yucatan. Le singe araignée vit en communauté, il se délecte de fruits bien mûrs, ce qui l’oblige à se déplacer pour trouver son repas idéal. Très agile dans les arbres, grâce à sa queue et à ses membres supérieurs, il offre un spectacle digne des plus grands trapézistes.

Le singe araignée à besoin pour vivre de grands espaces, 500 hectares est le minimum pour une vie confortable, alors que les singes hurleurs se contentent d’un territoire plus restreint. Cela est la conséquence du choix de nourriture des deux espèces, les hurleurs sont moins délicats sur la maturité des fruits qu’ils consomment, ils se nourrissent avec ce qu’ils trouvent sous la main. Les singes araignées, eux, pèchent par leur délicatesse gustative.

Partager cet article :
  • :