Xochimilco UNESCO

Xochimilco, site du Patrimoine Mondial de l’Humanité, vous invite à profiter d’un voyage incroyable à travers ses canaux. A bord de Trajineras (embarcation à fond plat) colorées et couronnées de fleurs, vous évoquerez l’époque à laquelle l’environnement lacustre dominait le paysage de l’Anahuac (entre les eaux en langue nahuatl), aujourd’hui la Ville de Mexico.

Un peu d’histoire de Xochimilco

En 1352, l’une des sept tribus nahuatl qui quittât la mythique Chicomostoc fondât Xochimilco. Le mot nahuatl signifie «terre parsemée de fleurs». Ils y construisirent des Chinampas : portions de terre placées sur les racines d’ahuejotes (arbre endémique mexicain). Elles sont également utilisées pour la culture des fleurs et des légumes. Entre ces îlots, ils laissèrent des canaux pour le transport des aliments sur les Trajineras. La Chinampa guidât le plan d’urbanisme orthogonal de Xochimilco, similaire à celui de Tenochtitlan ancienne Ville de Mexico.

Les mexicas (aztèques) obligèrent les xochimilcas à construire la grande Calzada (chaussée) d’Iztapalapa, aujourd’hui Tlalpan. Ils devaient fournir du matériel et de la main-d’œuvre pour construire sa principale pyramide. Les espagnols respectèrent le système chinampero (de chinampa) de Xochimilco, puisqu’il alimentait la capitale de la Nouvelle-Espagne au cours de la période coloniale. Pour leur part, les lacs de Texcoco et de Xochimilco produisaient plus d’un million de poissons par an.

Les Franciscains construisirent en ce lieu leur cinquième couvent, dédié à San Bernardino, excellent exemple de la fin du XVIe siècle. Vers 1891, l’un des propriétaires de Xochimilco, Inigo Noriega, établit une ligne de petits bateaux à vapeur qui allaient de Xochimilco à Iztacalco, par le célèbre Paseo de la Viga, faisant payer 12 cents par voyage. Xochimilco a participé activement à la Révolution mexicaine et fut le lieu de réunion de ses deux personnages les plus emblématiques : Villa et Zapata.

Entre 1910 et 1920, Xochimilco découvrit son potentiel touristique et commençât la construction de ses embarcadères, la forêt fut reboisée et fut fondée la pépinière d’arbres. En 1970, Xochimilco s’intégrât au réseau urbain quand se prolongeât l’avenue Division Norte et se créât l’Anillo Periferico.

Xochimilco, avec le centre historique de Mexico, ont été reconnus par l’UNESCO comme site du Patrimoine Culturel de l’Humanité en 1987.

Voix et histoires d’hier

Deux notables personnages ont vécu à Xochimilco pendant les périodes troubles. Juan Badiano (1484-?) traducteur au latin du catalogue des herbes médicinales mexicaines (Codex Badiano), écrit par le médecin indigène Martin de la Cruz ; et le remarquable peintre Francisco Goitia (1882-1960), qui a promu l’expansion des rues et avenues de la ville.

Fêtes et célébrations de Xochimilco

Il se dit que Xochimilco est en fête tous les jours, grâce à la richesse du patrimoine immatériel qu’il protège. De nombreuses commémorations le démontrent, comme Xaltocan, de la Santa Cruz, le concours de la plus belle fleur de la communauté, et la fête de San Bernardino de Siena le 20 mai, où l’on réunit toutes les icones des saints patrons de ses quartiers.

Sans aucun doute, la fête la plus importante est celle de Niñopan (Enfant-Dieu), l’image la plus aimée et la plus célébrée par les xochimilcas, depuis des siècles. Si quelqu’un veut avoir cet icône dans sa maison pendant un an, il devra attendre son tour, jusqu’à 25 ans ou plus en faisant la queue. Si vous voulez la connaître, demander à un quelconque Xochimilca, il vous dira dans quelle maison elle se trouve.

Partager cet article :
  • :