02
Sep-2013

Religion, Les Mexicains, l’Église et dieu

 

Aujourd’hui la religion catholique représente au Mexique plus de 80% de la population contre plus de 90% il y a 20 ans. Environ 5% de la population se revendique comme sans religion. Ces chiffres témoignent de l’importance de la religion chez les Mexicains.

 
Religion au Mexique
 

Le Mexique et la religion catholique :

Arrivée avec la colonisation espagnole au XVIème siècle, la religion catholique s’est diffusée par le biais des missionnaires espagnols. En 1531, la vierge noire du Mexique est désignée : La Virgen de Guadalupe. Elle sera cependant le symbole des révolutionnaires lors de la révolte de l’Indépendance, signe de l’accaparement de la pratique par les Mexicains. La vierge est un symbole d’union, de multiculturalisme à l’image du Mexique d’aujourd’hui qui rassemble les influences indigènes précoloniales et catholiques de l’ère coloniale.

 

Vierge de Guadalupe Mexique Religion

 

La diminution du pouvoir de l’Église Catholique au Mexique date de la période de présidence de Benito Juarez (1864 – 1867) qui instaura le mariage civil et nationalisa un certain nombre de biens et propriétés ecclésiastiques.

 
Eglise Cholula religion Mexique
 

L’Église : lutte contre les narcotrafiquants :

 

Nés, baptisés, mariés, enterrés sous le signe de la croix, les Mexicains restent de fervents pratiquants. Ils constituent d’ailleurs le deuxième peuple catholique du monde après le Brésil. Cependant, on dénote un certain mélange entre les rites et croyances indigènes avec la religion catholique formant parfois des pratiques uniques en leur genre. Nous reviendrons sur ces particularités mexicaines dans la pratique de la religion.

 

Eglise,-Religion-Benoit-XVI-au-Mexique-decouverte

 

Forte de son emprise sur la population, l’Église Catholique intervient régulièrement au Mexique pour prêcher un certain nombre de valeurs. Le dernier exemple en date remonte à 2012 quand le pape Benoit XVI rendait sa première visite en terre hispano-américaine et qu’il prêcha la lutte contre les cartels et le trafic de drogue appelant les fidèles à s’unir pour lutter contre le fléau. Face à cette fameuse problématique du crime organisé au Mexique, de nombreux prêtres prétendent que c’est en passant d’une foi « Guadalupéene », passive, dans un rôle de consolation à une foi plus active, plus tournée vers l’action, que les Mexicains lutteront efficacement contre la gangrène de la drogue. Vaste débat !

 

Qu’en pensez-vous ?

 

Partager cet article :

Commenter cet article


Cliquez sur le formulaire pour faire défiler

  • :