Querétaro ville Etat

Anciennement Querétaro de Artega (Lugares de Piedras Grandes ou Peñascos – lieu des rochers), elle est située au centre de la fertile plaine du Bajio et essentiellement consacrée à l’agriculture et à l’élevage.

Elle a été successivement habitée dans la période préhispanique par des ethnies nomades telles que les Otomies, Purépechas, Chichimecas (Parmes et Jonaces), les Tepecanos, Guamares et Zacatecos. Cet état compte aujourd’hui près de deux millions d’habitants. Ses paysages variés regroupent des sites insolites comme le troisième plus grand monolithe du monde et de petits joyaux historiques du Mexique colonial par excellence…

La ville de Santiago de Queretaro :

Santiago de Querétaro, à 1 900 m d’altitude, avec ses plus de 700 000 habitants, est la capitale de l’état de Querétaro (signifiant jeu de balle en purépecha). Elle fut longtemps considérée comme la troisième plus grande ville de la nouvelle Espagne et le théâtre de drames politiques majeurs. De la préparation de la Révolution à la signature du traité de Guadalupe Hidalgo qui céda la moitié du territoire mexicain aux Etats-Unis. L’empereur Maximilien y fut fusillé.

Ville industrielle de premier plan, elle n’en garde pas moins un immense centre historique de toute beauté inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. La couleur est un art de vivre à Querétaro, belle et paisible ville, joyau colonial mêlant le baroque au style mudéjar.
On peut y trouver les sites d’intérêts suivants :

  • Templo de San Francisco
  • Le Museo Regional abrite une exposition précolombienne où l’on trouve aussi la table sur laquelle fut signé le traité de Guadalupe Hidalgo.
  • Templo de la Santa Cruz bâti sur le lieu de l’apparition miraculeuse de Santiago qui aurait poussé les Otomís à se convertir. L’empereur Maximilien s’y retrancha lors du siège de Querétaro et y fut fusillé sur place.
  • Musée de Arte de Querétaro qui présente des peintures européennes du XVe et XVIe siècle.
  • Musée de la Ciudad et le musée de la Restauración de la Republica exposent de l’art contemporain.
  • Le théatre de la Republica où se déroula le procès de l’empereur Maximilien ainsi que la signature de la constitution mexicaine le 31 janvier 1917.
  • Acueducto et Mirador le long de la Avenida Zaragoza ainsi que le Mausoleo de la Corregidora, Doña Josefa Ortiz et de son époux Miguel Domínguez de Alemán.
  • Autres sites du centre ville tels que le Monumento a la Corregidora (statue représentant Doña Ortiz), la Fuente de Neptuno, el Templo de Santa Claro, la Catedral, el Templo de Santa Rosa de Viterbos et la Casa de Zacatecana.

Les environs de Querétaro :

Les environs de Querétaro abritent El Cerrito, site archéologique en forme de pyramide de 30 m de haut perché au sommet d’une petite colline, El Pueblito. Les civilisations de Teotihuacan, des Toltèques, Chichimèques, Otomís et Tarasques s’y succédèrent.

Bernal, petite bourgade pittoresque où se trouve le second plus grand monolithe du monde au nom de Peña de Bernal. On peut encore y visiter l’église El Castillo.

Tequisquiapan, autre petite ville pittoresque de 27 000 habitants qui est réputée pour ses sources thermales. Cette ville d’eau est très appréciée des chilangos (habitants de Mexico City) et des Queretanos. La belle plaza Miguel Hidalgo entourée de portales (arcades) met en valeur la Parroquia de Santa Maria de la Asunción de rose vêtue et le vaste et verdoyant Parque La Pila.

San Juan del Rio, petite halte fort agréable où l’on trouve un bel artisanat du textile et quelques objets en opale.

Nord Est de l’État de Querétaro :

Dans la Sierra Madre Oriental, on trouve la Reserva de la Biosfera Sierra Gorda, joyaux vert du Mexique central. Vastes étendus sauvages qui sont recouvertes d’une végétation semi-tropicale, traversées par deux rivières et de profonds canyons. Vous pouvez visiter le Sótano del Barro, Cuatro Palos ou Puente de Dios.

Elle abrite les derniers plus grands félins du Mexique, puma, ocelot, jaguar et une myriade d’oiseaux. Ses quinze types d’écosystèmes différents en font la plus diversifiée des régions protégées du pays. Ceci grâce à l’initiative associative des communautés privées locales qui s’évertuent de tirer leur substance d’activités durables, par un mode coopératif d’infrastructures éco-touristiques.

Les missions de la Sierra Gorda, au nombre de cinq, furent édifiées par des moines franciscains sous l’autorité du frère Junipero Serra entre 1751 et 1768. Leur seul but était de convertir les tribus Pames, Jonaz et Chichimèques. Ces églises peu ordinaires sont l’alliance des symboles chrétiens didactiques et du savoir faire de l’artisanat indigène.
Elles ont été déclarées Missions franciscaines de la Sierra Gorda de Querétaro (2003) et zone de monuments historiques de Querétaro (1996), selon les critères visés à l’inscription au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. En effet, les missions sont le témoignage de l’échange d’influences considérable pendant le processus de la colonisation dans le centre et le nord du Mexique, mais également l’ouest (à présent territoire des États-Unis). Nous vous les présentons ci-dessous:

  • Misión de Jalpan dédié à Saint Jacques.
  • La Misión de Concá où les sources thermales abondent.
  • La Misión de Landa de Matamoros abritant de nombreuses statues de Saints.
  • La Misión de Tilaco.
  • Et la Misión de Tancoyol dédiée à notre Dame de la Lumière…

Au nord de la mission de Tilaco on passe à Xilitla et son parc de statues surréalistes de Edward James. C’est également le lieu de passage pour se rendre à la Huasteca Potosina, qui abonde de curiosités naturelles dans la Reserva de Abra-Tanchipa…

Partager cet article :
  • :