Santa Rosalia

Au Sud-Est de San Francisco, sur la côte de la mer de Cortes ou golfe de Californie, vous trouverez Santa Rosalia, ancienne ville minière qui compte environ 15 000 habitants. Elle fut exploitée par les allemands Eiseman et Valle qui en extrayaient le cuivre et le cobalt, la mine à ensuite été cédée au XIXe siècle à la compagnie française El Bolero SA. L’église de Santa Barbara fut conçue par Gustave Eiffel pour l’Exposition Universelle de Paris en 1889 – et a été laissée en héritage grâce aux femmes des ingénieurs de la compagnie qui en ont fait l’acquisition à Bruxelles. Le siège de cette même compagnie abrite actuellement le musée de l’histoire de la Mine de Santa Rosalia. Quelques plages paradisiaques au sud de la ville font également le charme de cette petite bourgade. Les plages de Santa Rosalia sont les mieux conservées de la Basse Californie. Vous pourrez découvrir la Bahía Concepción, Playa Escondido, Playa Santispac, Playa Perla, Playa el Requesón avec son sable blanc photogénique et enfin La Perla.

Environs de Santa Rosalia : Mulegé

Oasis au milieu du désert

Au sud de Santa Rosalia nous avons Mulege, adorable oasis luxuriante près de la Mer de Cortes (Golfe de Californie) sur les rives du Rio Mulege bordées de palmiers dattiers, de vergers et de bougainvilliers chamarrés. Les mangroves, le delta, la nature sauvage font assurément du petit village de Mulege un havre de paix. Sa place pittoresque, et son ancienne Misión Santa Rosalía de Mulegé aux allures de forteresse nous transporte dans le passé. Le Musée de Mulegé occupe aujourd’hui l’ancien pénitencier qui peut se visiter. Les couchers de soleil de Mulegé sont spectaculaires.

Les peintures rupestres de Santa Rosalia :

Dans la réserve d’El Vizcaíno, la Sierra de San Francisco expose dans sa nature, à flan de montagne, ses peintures rupestres de grande qualité de conservation grâce à un climat très sec et une situation difficile accès  à l’homme. Ces peintures murales précolombiennes sont caractéristiques du style grand mural qui s’épanouit dans le centre de la péninsule de Basse Californie au cours de l’époque précolombienne de l’Aridamérique. Il est probable que les grands apporteurs du style Grand Mural ont été les ancêtres des Cochimíes, les Amérindiens occupants la région jusqu’à leur extinction au XIXe siècle après la conquête espagnole. Les peintures rupestres de la Sierra de San Francisco ont été déclarées patrimoine mondial par l’UNESCO en 1993.

Environs de Santa Rosalia : Guerrero Negro

Pirates, salines et baleines

Au sud de Santa Rosalia, Guerrero Negro, tient son nom du baleinier « Black Warrior » qui s’échoua sur ses côtes au XVIIIe siècle chargé d’or et d’argent… La principale activité de cette bourgade vient de l’exploitation de la plus grande saline du monde (1/3 de la production planétaire) soit six millions de tonnes annuelles. C’est également le lieu de départ des excursions pour l’observation des cétacés dans la Lagune de Ojo de Liebre (oeil de lièvre). Parque Natural de la Ballena Gris dans la Reserva de la Biosfera Desierto de Vizcaíno est l’une des plus grandes réserves naturelles du Mexique. Elle a été déclarée par le gouvernement mexicain Santuario de la Ballena Gris – d’où, de ces eaux, naissent les baleineaux… Au départ de Guerrero nous passons au sud du 28e parallèle et nous devrons donc avancer d’une heure.

Partager cet article :
  • :