La Malinche

Le parc national de La Malinche (Tlaxcala-Puebla) a été déclaré parc national le 6 Octobre 1938, avec une zone protégée de 45 711 hectares.

Entouré par une végétation forestière, un chemin vous conduira à la première auberge sur les versants du volcan éteint. La Malinche est appelé par les indigènes préhispaniques Matlalcueye « les jupons bleus ». Il est possible d’atteindre ce cadre naturel par d’autres chemins de terre qui montent depuis quelques petits villages sur les pentes du volcan.

Le parc naturel de la Malinche, trésors du Mexique :

La plupart de cette zone est couverte de forêts de conifères, de pins, de chênes et de pâturages alpins. Ici vivent plus de cent espèces de mammifères, d’oiseaux et de reptiles, dont 16 sont endémiques de l’axe Néo volcanique, comme le rare lapin des volcans. Quant à la flore, il y a 6 espèces de pins et 120 plantes à fleurs qui ornent les sentiers. La cime fait partie de ses principales attractions, mais encore le canyon de San Juan et l’ancien cratère qui montre encore des traces de l’ère glaciaire.

Comment profiter du volcan la Malinche :

Mexique Découverte peut vous organiser des visites jusqu’aux parties les plus élevées. De son sommet, à 4 400 mètres au dessus du niveau de la mer, vous apprécierez le paysage de trois états de la République du Mexique et vous distinguerez les neiges du Pico d’Orizaba, le Iztaccihuatl et le Popocatepetl.

Qui fut la Malinche et pourquoi le volcan porte son nom :

Le père de la Malinche fut le fondateur de la Couronne du Mexique et maître de beaucoup de peuples, mais après sa mort, Malinalli, impuissante et désespérée, fut vendue à des marchands xicalancos, qui à leur tour la vendirent aux tabasqueños (habitant de Tabasco). Ces derniers furent vaincus par Hernán Cortés 12 Mars 1519, et ils offrirent Malinalli au conquistador avec dix-neuf autres belles femmes.

La Légende du volcan la Malinche :

Il y a de nombreuses années, une jeune fille Tlaxcalteca du nom de Matlalcuéyetl, avait été promise au valeureux guerrier Cuatlapanga. Le guerrier fut envoyé vers des contrées lointaines pour l’accomplissement d’une mission. Le temps a passé et Matlalcuéyetl se sentait bien triste en pensant à son bien-aimée dans ses batailles. Le temps a passé encore et son guerrier ne revenait pas, après avoir tant attendu elle mourut de tristesse.

À l’issue de sa mission qui lui avait été confiée, Cuatlapanga revint la chercher tout en apprenant la mauvaise nouvelle, sa bien-aimée était morte de tristesse. Il se rendit donc au pied de sa tombe pour la pleurer. Là, il est resté et devint une colline qui porte son nom, Matlacuéyetl, dans le volcan.

Matlalcuéyetl est le nom que les indigènes Tlaxcaltecas ont donné au volcan en hommage à cette légende, mais l’arrivée des Espagnols et en l’honneur d’une damoiselle qui fut leur interprète du nom de Malinalli ou Malintzin (noble prisonnière), ils commencèrent à nommer ainsi le volcan. La parole Malinche fut la traduction de Malintzin à la langue espagnole.

Partager cet article :
  • :