Ville de Tula

Les historiens indigènes, et les mêmes chroniqueurs espagnols, exaltèrent la figure d’un personnage nommé Quetzalcoatl (le nom se traduit par «beau serpent» ou «serpent à plumes »). Sa contribution sociale fut d’unir les divers groupes de chasseurs-récolteurs aguerris avec les laborieux agriculteurs pacifiques. C’est dans cette société hétérogène que le héros mythologique fondât, au Xe siècle, l’imposante ville de Tula ; elle est située au nord du bassin de Mexico, sur des terres qui appartiennent maintenant à l’état de Hidalgo.

Le règne de Quetzalcoatl :

Pendant le règne de Quetzalcoatl, la ville de Tula était célèbre pour ses palais recouverts de jade et d’élégantes parures à plumes. Il se disait aussi que les terres fertiles de Tula bénéficiaient d’abondantes récoltes, et que jusque-là arrivaient de nombreuses caravanes de marchands transportant de nobles et précieux matériaux, tels que cacao, métaux précieux, peaux de jaguar, jades et céramiques à forte demande de Chiapas et du Guatemala.

Découverte du site préhispanique de la ville de Tula :

En 1940, sur la base de rares codicés, l’archéologue Jorge R. Acosta fouillât le lieu dit « El Cerro del Tesoro » (la colline au trésor), près de la ville de Tula de Allende. Il y trouvât les vestiges architecturaux de l’ancienne capitale indigène enfouis dans un paysage qui recréait difficilement les gloires passées. Le résultat des explorations a dévoilé une grande place quadrangulaire avec un autel central à quatre marches pour les cérémonies quotidiennes.

La pyramide de Tula

Dans un angle ils découvrirent également la base pyramidale la plus significative ; elle contenait en son sein d’extraordinaires sections de colonnes à la forme de guerriers connus aujourd’hui sous le nom de « Atlantes ». L’équipe d’archéologues a sauvé ces segments et les a placés sur la partie supérieure de la pyramide ; ce qui démontre que les colonnes soutenaient un beau temple ; elles communiquaient ainsi un message substantiel : Les guerriers soutenaient l’univers de leur activité militaire.

Cette base pyramidale a comme identité décorative en ses murs de pierres tombales de tuf volcanique, des reliefs de jaguars et des coyotes qui se promènent dans une procession sacrée. D’autres pierres tombales montrent des figures d’aigles et des vautours dévorant les cœurs ; comme élément principal, la présence d’un être extraordinaire ; probablement le propre Quetzalcoatl lui-même. Il émerge d’un animal fantastique, mélangeant le jaguar, le serpent et l’aigle.

Le palais de Tula

Dans cette ville indigène se conservent les ruines d’un magnifique palais avec trois patios, d’où vous pouvez admirer d’élégantes colonnes. Tout autour des murs il reste des vestiges de bancs rituels ornés de figures de guerriers richement habillés avançant en procession. Les archéologues ont détectés dans ce bâtiment des traces d’un grand incendie ; ils l’ont donc appelé « El Palacio Quemado  » (le palais brulé). Ils ont découvert également deux jeux de balle, avec des anneaux de pierre ornés de serpents ondulants. On peut découvrir des salles avec des colonnes, des toitures, et des bains de vapeur de tradition indigène connu comme Temazcalli.

Des Mayas aux toltèques

Aujourd’hui la visite à la zone archéologique de Tula nous rapproche du mythe et de l’histoire. Là-bas sont présentes les marques de Quetzalcoatl et son empreinte civilisatrice. A Tula les traditions mayas fusionnent avec celles du plateau central. En observant les Atlantes, les Chac-Mool et beaucoup d’autres images du Mexique ancien, on détecte la présence des mayas dans le centre du Mexique, de Kukulkan, le nom maya de Quetzalcoatl, présent à Chichen Itza, amenèrent l’art et la culture toltèque dans le sud-est mexicain.


  • Séjour Mexico
  • clocks19 7 jours Logo autotour Transfert privé
  • Découvrez la pétillante capitale mexicaine.
  • lucha libre MINI MEXICO
Partager cet article :
  • :