Teotihuacan insolite : récit d’un voyage en dehors du temps

Teotihuacan Mexique

Invités d'honneur de la famille Tlahuizcalpantecutli – Cervantes

Nous sommes partis en direction du petit village San Sebastian Xolalapa proche de Teotihuacan. Ce petit village est une véritable carte postale du Mexique, des centaines de banderoles multicolores décorent les rues et nous abritent un peu du soleil écrasant qui baigne le village dans une atmosphère estivale, des cactus géants (pas de Mexique sans cactus), mais pas non plus de Mexicains assis au sol avec le sombrero sur le nez.

Les fils de la famille Tlahuizcalpantecutli comme guide

Nous avons été accueillis par Quetzalcoatl et Tonatiuh, les fils de la famille Tlahuizcalpantecutli, ils ont été nos guides pour la journée.

Pas facile à écrire et encore moins facile à prononcer… Tlahuizcalpantecutli, en nahuatl (Dieu de l’aurore).

Nous sommes ensuite partis à vélo découvrir, en compagnie de nos guides, les merveilles cachées du site de Teotihuacan. De multiples petits sites de grande importance archéologique se trouvent en dehors de l’enceinte principale. Ils révèlent entre autre des murales d’une conservation exceptionnelle.

 

Teotihuacan dispose aussi de richesses très peu connues

Son réseau de galeries, ses grottes qui permettaient aux Aztèques de conserver les vivres et dont certaines étaient dédiées à des cérémonies spirituelles.

 

Nous avons assisté à une cérémonie dédiée aux Dieux

Nous avons ensuite eu le privilège de participer à une cérémonie animée par « El Gorila », gardien de la sagesse de Teotihuacan. Cet homme charismatique a, entre autre, reçu le Dallai Lama, Bill Clinton et Sting…

La cérémonie s’est déroulée au milieu de nulle part

Ce lieu de culte est composé d’une petite esplanade avec un autel en son centre, qui accueille un élément important, le feu. De nombreuses fleurs disposées autour du feu, sont offertes aux dieux. Les membres du cercle de danse sont tous vêtus de beaux habits d’apparats aux couleurs chatoyantes, les coiffes indiennes, sont majestueuses, les grelots aux chevilles marquent le tempo.

Invités, nous sommes rentrés dans le cercle, pas très à l’aise à vrai dire, mais au rythme des tambours, nous nous sommes laissés emportés, épiant nos hôtes pour ne pas paraître trop ridicules, nous nous sommes vraiment éclatés, c’était un instant magique, inoubliable, d’une grande qualité spirituelle.

De retour sur notre lieu de bivouac

Nous avons partagé un succulent repas Aztèque en écoutant attentivement les histoires, les légendes et les rites de sorcellerie du Gorila, qui m’ont empêchés, je l’avoue, de trouver le sommeil en toute sérénité.

Après une nuit à la belle étoile, nous nous sommes réveillés face aux pyramides de Teotihuacan, avec en prime un ballet de montgolfières multicolores sortant de la brume, tout simplement beau et apaisant, un réveil comme je les aime !

Une cérémonie temezcal dans les règles

Nous sommes ensuite allés rejoindre Valentin, le frère de Gorila pour vivre notre premier temazcal. Au fond d’une cour intérieure nous sommes arrivés sur une petite esplanade, au sol était dessiné une grande roue avec divers caractères aztèques, quelques pierres d’obsidienne incrustées et des fruits frais répartis sur son périmètre. Ce grand cercle représente notre monde et ses diverses énergies. Invités par le shaman nous nous sommes placés tout autour, celui-ci commença la cérémonie de purification, indispensable pour pouvoir entrer dans le Temazcal (sorte de Hammam totalement obscur).

Puis nous sommes rentrés dans cette hutte en forme de four à pain

Suivants les dernières recommandations de Gorila, notre shaman, nous sommes rentrés à demi-nus, un à un, dans une hutte en terre ; en son centre des pierres volcaniques chaudes ont été placée.

Nous saluons le dieu suprême d’un « Ometeotl » ; chez les Aztèques le créateur de toute chose, qui c’est divisé en deux pour représenter le bien et le mal, le yin et le yang, le blanc et le noir.

Une fois à l’intérieur, le noir total nous envahit, un petit vent de panique submergeât deux d’entre nous, mais très vite réconfortées par notre maître de cérémonie. Nous avons demandé par des incantations la permission aux sept énergies : les quatre points cardinaux, ainsi que la terre, le ciel et l’inframonde de poursuivre la cérémonie. Ce culte voué aux forces cosmiques permet de demander aux énergies positives de nous laver et de nous débarrasser de tout le négatif qui est en nous, une purification sous la forme d’une psychothérapie de groupe…

La sortie du Temazcal se fait au rythme de chacun

Une fois dehors, nous nous faisons asperger d’eau fraiche, il fait très chaud dans ce dôme de terre. Nous nous sommes vu offrir ensuite un jus de fruits frais avant de commencer la dégustation du pulque ou eau de miel, légèrement alcoolisé et recueilli depuis les temps aztèques les plus anciens – pour finir par déguster le fameux mezcal, sorte de tequila originaire de Oaxaca.

Une belle expérience spirituelle, à jamais gravée dans nos mémoires.

Et si nous parlions maintenant de Teotihuacan

Teotihuacan, la cité des dieux

Teotihuacan signifie en náhuatl « la cité des dieux » ou « le lieu où sont nés les dieux ». C’est à leur image, démesurée, que cette ville fut fondée. Un complexe cérémoniel à couper le souffle à deux pas de la capitale, Ciudad de México ou encore CDMX.

Un peu de l'histoire de Teotihuacan en quelques mots

Fondée autour de 200 Av JC

Puis la ville fut abandonnée autour du XIIIe siècle, mais fut la plus grande ville de toute l’Amérique précolombienne durant près de 500 ans. On ne connait pas aujourd’hui avec certitudes les raisons de l’abandon du plus grand centre cérémoniel de l’époque précolombienne.

Originellement fondée par des petits groupes de paysans qui voyaient principalement un intérêt dans les principales grottes avoisinantes. On estime qu’autour du Ve siècle la ville de Teotihuacan aurait compté environ 200 000 personnes, faisant d’elle la ville la plus grande du monde de l’époque.

Le site comprend de nombreuses pyramides

Deux d’entre elles sortent particulièrement du lot ; la plus grande est la pyramide du soleil, et la pyramide de la lune, positionnée au bout de la chaussée des morts, une allée monumentale de 45 mètres de large pour 4 kilomètres de longueur. On les considère comme les Champs Elysées précolombiens.

Les dieux y créèrent le soleil et la lune

L’endroit serait selon la légende, le lieu où les dieux se réunirent pour créer le soleil et la lune. Pour les remercier de leur générosité, les hommes érigèrent cette cité sacerdotale monumentale. Fondée par une civilisation mystérieuse, devenue capitale de l’empire Toltèque pendant des siècles, la ville de Teotihuacan est ensuite tombée sous la domination des Aztèques qui ne la développèrent pas particulièrement.

Redécouvert au milieu du XXe siècle

Alors que tout avait disparu sous la végétation et que les pyramides ressemblaient à de vulgaires collines, un véritable trésor a pu être mis à jour, parfaitement intact, libre de toute trace humaine depuis plusieurs siècles. Les fouilles se poursuivent encore aujourd’hui pour tenter d’en savoir un peu plus sur les indénombrables mystères que recouvrent le site et les civilisations qui l’ont occupé.

En 2011 (pas de chiffre plus récent), ce site a été visité par plus de 2 millions de personnes, pour la plupart des Mexicains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter Mexique Découverte

On reste en contact ?

Recevez directement toute l'expertise de Mexique découverte dans votre boite e-mail.

J'accepte de recevoir les newsletters Mexique Découverte