06
Jan-2016

Top 5 de ce que nous avons découvert à Merida

 

Dans la perspective de toujours vous proposer une meilleure expérience lors de votre voyage, nous nous efforçons de découvrir le Mexique authentique. Le but ? Tester et découvrir de nouveaux hôtels, de nouvelles activités et surtout rencontrer les bonnes personnes. Ce Noël, j’ai donc combiné les vacances et le travail pour découvrir Merida la blanche, capitale du Yucatan. C’est une ville très étendue, qui a su conserver un riche passé en héritage. On dit de Merida qu’elle a deux visages : le préhispanique et le colonial.

 

Merida rues de merida

 

  1. Le site de Mayapan

Mayapan est un des derniers sites construits par les Mayas avant la « conquista », colonisation espagnole. Petit de taille, il n’en est pas moins intéressant. Avantage : vous serez souvent tout seul sur le site ! Il dispose de deux pyramides principales du haut desquelles la vue sur la jungle est impressionnante. Le cenote au pied de la pyramide principale est toujours sacré, impossible donc de s’y baigner.

 

Mayapan site Maya Merida Yucatan

 

  1. Les cenotes de Merida

Le cenote le plus proche de Merida est situé sur le site de Dzibilchaltún, il s’appelle Xlacah. C’est un cenote idéal pour se rafraîchir dans l’après-midi, après la visite du centre de Merida par exemple. Il est ouvert jusqu’à 16h30. Si vous avez pris les services d’un de nos guides, vous pourrez visiter d’autres cenotes plus cachés, dans les petits villages Mayas du Yucatan. Vous pourrez aussi faire la fameuse route des cenotes dans les alentours du village de Cuzamá.

 

Cenote-Ik-Kil

 

  1. Les villages Mayas du Yucatan

Les villages Mayas du Yucatan nous laissent imaginer comment était la ville de Merida il y a cent ans. Les maisons blanches traditionnelles sont recouvertes d’un toit fait à partir de feuilles de palmiers. La température ne descend jamais très bas, les maisons laissent donc circuler l’air. Elément typique de ces maisons, vous ne verrez aucun lit. La plupart des Mayas dorment dans des hamacs qu’ils remisent le matin. Vous pourrez d’ailleurs apercevoir sur certains murs les nombreuses amarres pour les attacher.

 

Village traditionnel Maya du Yucatan

 

  1. Les « sacerdotes », chamans et autres guérisseurs

Le Yucatan est une terre de croyances et de traditions. Chaque communauté dispose de son propre « sacerdote », ou guérisseur. Ces personnes sont souvent formées de générations en générations. De nos jours, s’ils ne sont pas encore officiellement reconnus. Certaines universités leurs délivrent toutefois un diplôme, reconnaissant ainsi leurs nombreuses connaissances. Nous avons rencontré Don Miguel, un « sacerdote » proche du village de Pixyá. A travers une cérémonie Maya, il nous a lavé des énergies négatives apportées par le vent. Don Miguel prépare aussi des crèmes et autres huiles à base de plantes qui peuvent soigner différents maux. Un mot résume cette expérience : harmonie.

 

Shaman de Mérida

 

  1. Le centre de Merida

Merida est une ville au style purement colonial. Il y a de grandes similitudes avec les belles maisons d’Andalousie en Espagne. Nous avons particulièrement aimé le Paseo de Montejo, qui est bordé par les plus belles demeures de la ville. Le Zocalo, place centrale de Merida, est un lieu plein de vie. Vous y trouverez quelques marchands vendant l’artisanat Yucatèque. Aux abords, la cathédrale et la maison de Francisco de Montejo valent la peine d’être visitées. Entre les rues 60 et 62, d’autres places invitent à la détente. Nous avons beaucoup aimé la place en face le grand théâtre José Peón Contreras et la place Santa Lucia. Le marché est aussi un lieu intéressant à découvrir car très typique. Relativement petit, vous y trouverez des fruits savoureux et un artisanat à un très bon rapport qualité prix.

 

Et vous, qu’avez vous aimé à Merida ?

 

Partager cet article :
  1. Jean-Charles Cortes /

    Mérida est une grande ville coloniale avec un centre ville historique incroyable, une avenue très haussmannienne et le carrefour pour beaucoup d’autres grandes découvertes ; naturelles, préhispaniques et humaines

Commenter cet article


Cliquez sur le formulaire pour faire défiler

  • :