La fête des morts UNESCO

L’origine de la fête des morts

Le jour de la fête des morts (Día de Muertos) est une tradition mexicaine d’origine mésoaméricaine. Elle honore les défunts le 1er et le 2 novembre. Les dates coïncident avec les fêtes catholiques de la Toussaint.

Le culte de la mort au Mexique n’est pas quelque chose de nouveau. Ces rites se pratiquaient déjà lors de l’époque précolombienne. Ainsi, dans le calendrier Mexica, qui se trouve dans le Musée d’Anthropologie de la ville de Mexico, vous pouvez observer les 18 mois qui forment le calendrier aztèque. Les espagnols acceptèrent certaines traditions des anciens peuples indigènes. Ils les fusionnèrent avec leurs traditions européennes, afin de mieux convertir ces communautés au christianisme.

Les origines de cette fête remontent donc à des temps immémoriaux, bien plus anciens à la Conquête. Les peuples préhispaniques conservaient déjà les crânes des défunts comme trophées. Ils les exhibaient durant les rituels, qui symbolisaient la mort et la renaissance.

la fête des morts, tradition du Mexique :

Les festivités qui se convertirent en l’actuel « Día de Muertos » se célébraient durant le neuvième mois du calendrier solaire Mexica. Elles correspondaient au début du mois d’Août et elles duraient un mois durant. Les cérémonies étaient présidées par la déesse Mictecacíhuatl, connue comme la « Dame de la Mort ». Actuellement elle est représentée par La Catrina, un personnage inventé par José Guadalupe Posada.

Tous les ans, l’arrivée de la fête des morts est attendue avec impatience par tous les mexicains. Elle est l’occasion de rendre hommage aux êtres chers disparus, tout en faisant la fête. Le 1er novembre est désormais consacré aux enfants, on repense à tous ces petits êtres toujours partis bien trop tôt. Les jeunes déguisés sortent dans les rues, frappent à toutes les portes du voisinage, pour aller demander des bonbons. Le 2 novembre est plus solennel, quand à lui, car il est consacré aux adultes défunts, mais il reste un moment de fête et de célébrations.

Les symboles de la fête des Morts

Les Calaveras (crâne en sucre) : Elles se mangent par les familles ou les amis, avec le nom d’un défunt écrit dessus.

Le Pan de Muerto (le pain des morts fait à base d’anis et de sucre) est une représentation eucharistique, qui fut apportée par les évangélisateurs espagnols.

La Flor de los Muertos (fleur des morts) : la fleur la plus utilisée est la Cempasuchitl (espèce d’œillet d’Inde orange), dont l’odeur attirent les âmes des défunts.

Le Papel Picado : On le voit souvent comme décoration durant la célébration du jour des morts, il fait partie de l’artisanat mexicain traditionnel. C’est comme une guirlande tout en papier crépon, dans lequel on découpe des squelettes et des petites têtes de mort. C’est une représentation festive et colorée pour égayer la fête.

L’offrande et la visite des âmes

Selon la croyance, les âmes des enfants reviennent donc le 1 novembre et celles des adultes le 2 novembre. Dans le cas où la famille ne pourrait pas visiter les morts là où ils reposent, elles mettent en place un autel dans leur propre maison. On y présente une photo du défunt, on l’adorne de toutes ces petites choses qui ont fait plaisir au défunt tout au long de sa vie, toutes ces choses qui rappellent l’âme perdue. Il n’est donc pas rare de voir sur l’autel des offrandes avec les mets préférés des défunts, du mezcal et du tequila, des cigarettes ou des cigares, ou encore des jouets d’enfants.

Cette fête, qui est l’une des plus importantes au Mexique, fut classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 2003, cette célébration d’origine indigène est considérée comme l’un des plus grands trésors de notre planète.


Partager cet article :
  • :