Maison Barragán UNESCO

La maison-atelier Luis Barragán a été construite en 1948. Elle est l’une des œuvres les plus influentes et les plus représentatives de l’architecture contemporaine de design de jardins et de paysages urbains sur le continent américain, durant la seconde moitié du XXe siècle. Elle est reconnue par l’UNESCO comme l’une des 32 œuvres désignées comme Patrimoine Mondial au Mexique.

Luis Barragán, architecte influent du Mexique :

La grande majorité des sites inscrits sur la liste du Patrimoine Mondial furent créés bien des années avant notre époque ; cités préhispaniques, châteaux médiévaux, palais de la renaissance, etc. Seule une poignée d’œuvres (autour de 30 environ) sont originaires des XIXe et XXe siècle. Elles sont classifiées par la convention de l’UNESCO comme Patrimoine Moderne ; un terme qui se réfère directement à l’architecture et au design des villes de ces siècles. La grande richesse patrimoniale du Mexique nous permet de couvrir également cette catégorie. L’un des meilleurs exemples étant la maison-atelier, devenue maintenant un musée, de l’architecte Luis Barragan. Elle est considérée comme l’une des 32 œuvres mexicaines désignées Patrimoine Mondial depuis le 3 Juillet 2004.

L’austérité de sa façade intègre un complexe formé par un village de travailleurs, des ateliers, des boutiques et petits restaurants. Cette apparence empêche d’imaginer de l’extérieur les espaces merveilleux qui s’y conservent à l’intérieur.

La maison Barragán :

Sa construction se présente par un rez-de-chaussée, deux étages supérieurs et un petit jardin. La porte principale de la maison mène à un hall d’entrée où vous recevrez le premier impact visuel en observant un mur peint de couleur rose intense, illuminé parfaitement par la lumière naturelle.

Du vestibule nous passons à la salle commune, conçue avec double hauteur, mettant ainsi en évidence ses poutres de bois. Grâce à ses grandes fenêtres, dont la structure est en forme de croix, nous apprécions clairement le jardin.

Pour monter au salon de musique, nous empruntons un surprenant escalier de bois encastré dans le mur, qui inspirât d’autres architectes mexicains. Attenant à la salle commune nous avons la salle à manger, dont la table ne dispose que d’une seule chaise à haut-dossier. L’architecte aimait à présider les repas avec ses invités.

La salle du petit-déjeuner occupe une place plus réduite, mais tout aussi accueillante. Elle a comme particularité la hauteur inhabituelle de sa fenêtre, spécifiquement conçue pour recevoir les rayons du soleil juste au moment du premier repas de la journée. La simplicité du mobilier dans ces espaces rappelle ceux utilisés dans les anciennes haciendas mexicaines d’antan.

L’architecte Barragan a décidé que son jardin devait pousser librement, on peut dire que ça évoque les vieux vergers où la végétation prenait son cours naturel. Actuellement son apparence a des nuances d’un ton vert foncé, parsemé de jonquilles et de jasmins blancs et oranges.

L’organisation de la maison Barragán :

Au premier étage, nous trouvons les chambres et leur salle de bain respective. La chambre principale, est d’un aspect monastique, on y accède par un escalier étroit menant à un extraordinaire petit espace éclairé par une lumière de couleur ambre. L’espace est si relaxant qu’il traduit exactement la volonté de l’architecte, de réduire les pressions apportées de l’extérieur avant d’entrer dans sa chambre…

Au dernier étage, en plus des espaces réservés pour le service, vous trouverez le très célèbre et photographié toit-terrasse. Ses hauts murs de couleur rose et terre cuite invitent ouvertement à la méditation. L’atelier occupe la partie nord de la propriété, on peut y accéder à partir de la salle commune, également relié au jardin par un patio. Deux petits bureaux donnent également sur la rue.

Barragan est encore une référence

Le travail du maître Barragan reste d’actualité, pour ses qualités particulières (lumière, texture, couleur, matériaux). Sa contribution fut significative au développement de la pensée créatrice moderne. Pour toutes ces raisons l’ICOMOS (Conseil international des monuments et des sites) qualifia cet ensemble comme un chef-d’œuvre du Mouvement Moderne de l’Architecture et du Design. Il intègre les courants traditionnels, artistiques et philosophiques, à la fois de Méditerranée – pour l’utilisation de l’eau, des jardins et du paysage – comme du Mexique quant aux couleurs et aux matériaux.

Les terrains occupés par l’ensemble ont été acquis en 1939 et la construction dura de 1943 à 1948. Barragan n’a jamais terminé le design de sa résidence. Il l’a convertie plutôt en une sorte de laboratoire, où il a toujours expérimenté avec les espaces jusqu’à sa mort en 1988. La visite de ces monuments est un must incontournable, la vraie architecture doit se sentir, pas seulement se lire ou uniquement se regarder en photo.

Partager cet article :
  • :