Uruapán

Uruapán veut dire « printemps éternel » en langage purépecha. Cette ville, la seconde de l’Etat, marque le seuil d’un autre Michoacán, qui n’existerait pas sans son tumultueux fleuve, le Rio Cupatitzio (fleuve qui chante).

Uruapan, centre agricole du Michoacán :

Uruapán devint rapidement un centre agricole florissant renommé pour ses noix de macadamia et ses avocats. Elle détient le titre de « Capital Mundial del Aguacate » (capitale mondiale de l’avocat). En outre le titre le plus mérité reste celui du « berceau de la Laque » pour ces objet en bois. Production de tasses, masques et autres objets en bois artistiquement décorés avec une technique qui remonte à l’époque précolombienne.

Le fleuve Cupatitzio jaillit à Uruapán, il y est roi, les plus beaux quartiers de la ville le bordent. Une autre des attractions de la région reste le volcan Paricutín. Les habitants de la région sont orgueilleux de compter le seul volcan au monde qu’un homme contemporain ait pu voir naître de son vivant.

Les environs de Uruapan :

  • Le Parque Nacional Cupatitzio
  • Le Parque Nacional Eduardo Ruiz, luxuriant parc tropical, entoure la source du rio Cupatitzio depuis la résurgence du bassin Rodilla del Diablo. On visite également la Cascada de Tzaràracua et sa petite sœur Tzararacuita.
  • Le Museo Regional de Arte Popular o Museo de los Cuatro Pueblos Indios, dans la Huatápera, hôpital qui a été construit par le Père San Juan au XVIe siècle.
  • La Fabrica San Pedro, belle manufacture de textile du XIXe siècle, encore en fonctionnement de nos jours est un véritable musée…

Dans les environs de Uruapan on peut également trouver à Tingambato, la zone archéologique de Tinganio, qui faisait partie de la civilisation toltèque.

  • Paracho de Verduzco, communément appelée Paracho, est une jolie petite bourgade réputée pour la fabrication de qualité de ses guitares, guitarrones (grosse guitare aux dimensions d’une contrebasse) et de ses violons.
  • Le Volcán Paricutín a surgit de terre le 20 février 1943 dans un champ de maïs de la Sierra Tancitaro, au lieu dit Cuitzyutziro, sous les yeux ébahis de ses propriétaires Dionisio Pulido et de sa femme Paula Rangel. De nombreux villages alentours ont été contraints à l’exode, dont San Juan de Parangaricutiro, où il ne subsiste que le clocher de l’église. Son éruption dura neuf ans et son cratère culmine actuellement à 2 800 m. Le village le plus proche est Angahuan, où se célèbre tous les ans l’anniversaire de l’éruption du Paricutín. Le volcan Tancitaro, son voisin, culmine à 3 850 m et fait partie d’un parc de 1 000 autres volcans, seulement dans la région du Michoacán.
Partager cet article :
  • :